Prix de la Fondation Simone et Cino del Duca
– Institut de France

L’Académie des Beaux-Arts a attribué les prix de peinture, de sculpture et de composition musicale de la Fondation Simone et Cino del Duca, dotés chacun d’un montant de 50.000 €. La Fondation, abritée sous l’égide de l’Institut de France depuis le décret du 25 janvier 2005, poursuit les missions et objectifs fixés par Simone del Duca, généreuse donatrice, décédée en mai 2004. L’ensemble des Prix del Duca 2006 seront remis sous la Coupole lors de la séance solennelle de rentrée de l’Académie des Beaux-Arts, le 22 novembre 2006.

Le prix de peinture récompense
Claude VIALLAT

Né à Nîmes en 1936, Claude VIALLAT est membre fondateur du groupe Supports/Surfaces créé en 1969. Le procédé d'empreintes répété sur une toile libre, qu’il adopte à partir de 1966, est emblématique de sa création qui cherche à se libérer de l’élément représentatif de la peinture. Ses œuvres plus récentes reposent sur l’exaltation des dynamiques internes au support : couleur, intensité, brillance. Il est aujourd’hui professeur dans plusieurs écoles d’art - Nice, Limoges, Marseille, Nîmes -, ainsi qu’à l’ENSBA.

Le prix de sculpture récompense
Caroline LEE

Née en 1932 à Chicago et installée en France, Caroline LEE est une spécialiste du bronze et du métal. Présentes dans de nombreuses collections publiques en France et à l’étranger, ses œuvres souvent monumentales expriment dans le même temps force et délicatesse onirique. " Je me conçois comme un transformateur, exerçant une transformation de courant arrivant de l'extérieur, assujettie à mes énergies propres de l'intérieur. Je travaille pour recréer le rôle social du sculpteur, intégration personnelle ultime, sur une base d'enracinement plus organique."

Le prix de composition musicale récompense
François BAYLE

Né à Madagascar en 1932, de formation principalement autodidacte, François Bayle rejoint Pierre Schaeffer et le Groupe de Recherches Musicales qu’il dirigera de 1966 à 1997 (au sein de l’INA à partir de 1975). Dans le cadre de ces structures, il rassemble et constitue les éléments de son expérience, acquiert et développe ses techniques personnelles d’un métier du son acousmatique. Quittant le GRM en 1997, François Bayle installe son propre atelier audionumérique et multiphonique: le Studio Magison où il se consacre désormais complètement à la recherche, l'écriture et la composition.

La Fondation a également attribué, sur proposition de l’Académie des Beaux-Arts, deux bourses atteignant un montant total de 50.000 € au Trio WANDERER et à l’altiste Gérard CAUSSÉ.