Par Arnauld Brejon de Lavergnée, Directeur des collections du Mobilier national



L'A.R.C. (atelier de recherche et de création) a été créé en 1964 au sein du Mobilier national par André Malraux, Ministre de la Culture. Cet atelier occupe au sein du Mobilier national une place essentielle et d’autant plus justifiée qu’il renoue avec la tradition de la manufacture de meubles qui existait aux Gobelins à la fin du 17e siècle et sur laquelle nous savons très peu de choses.

L’atelier est entièrement consacré à la recherche et à la création, en complément de l’activité des autres ateliers voués à la restauration. Son rôle principal s’apparente à la première des missions de l’établissement : meubler et orner les lieux de pouvoir de la République française.

L’A.R.C. a pour mission de promouvoir l’esthétique et les techniques contemporaines dans la création de nouveaux meubles. Une commission consultative pilotée par le Ministère de la Culture conseille l’administrateur général dans sa politique de commandes avec le souci de favoriser l’entrée des formes contemporaines dans les Palais de la République. Nous rappelons par là que le Mobilier national, réunion en une seule et même institution depuis 1937 du Garde-meuble Royal puis Républicain et des Manufactures, c’est tout simplement quatre siècles d’art contemporain. De même qu’il n’était pas pensable que Louis XIV se meuble avec des meubles qui n’avaient pas été créés spécifiquement pour le château de Versailles, de même, il est souhaitable que des lieux aussi prestigieux que l’Elysée, Matignon, nos grandes ambassades réparties dans le monde soient meublées avec des réalisations récentes des meilleurs designers.

L’A.R.C., dirigé aujourd’hui par Alain Rotté-Capet, a réalisé plus de 800 meubles depuis 1964, à l’état de prototypes. On distingue deux types de réalisations : celles créées pour un lieu précis ou celles conçues d’une façon plus générale (un bureau pour un ministre, un salon, une bibliothèque… ), sans que l’on connaisse
à l’avance l’affectation.

Dans le premier cas de figure, signalons les réalisations du regretté Pierre Paulin pour les appartements du Président de l’Elysée (1971 et 1983), les ambassades de France à Moscou, à Washington et à Berlin (1979-1984 et 2000) ou bien les mobiliers pour les pavillons français des expositions universelles de Montréal et d’Osaka ; dans le deuxième cas, signalons de nombreuses réalisations de Kufus, Bauchet, Pillet, Szekely… ; une liste exhaustive prendrait plusieurs pages.

Comme l’A.R.C. se doit d’être toujours à la pointe de la création, les techniciens d’art de haut niveau ont été formés à de nouvelles technologies et au travail de matériaux nouveaux : résines et matières plastiques.

En haut : bureau en matériau composite.

Photo Muriel Cinqpeyres