né à Alep (Syrie)
le 1er janvier 1907
décédé le 12/08/2000

Jean CARZOU
(1907-2000)

Section I : PEINTURE
Fauteuil X
Peintre, graveur et décorateur

honneur-pt.gif (752 octets) Officier de la
Légion d'Honneur
merite-pt.gif (794 octets) Commandeur de l'Ordre
National du Mérite
arts-et-lettres-pt.gif (797 octets) Commandeur
des Arts et Lettres

Élu membre de l’Académie des Beaux-Arts,
le 7 décembre 1977, au fauteuil de Jean BOUCHAUD.


Epée et
symbolisme



Le canon,
esquisse pour Le canon

carzou.jpg (10196 octets)
La Voie Ferrée

carzou.jpg (9037 octets)
Errance


Dessin

Biographie

Carzou arrive en France en 1924 où il fréquente l’Ecole Spéciale d’Architecture (dont il est diplômé en 1928) ainsi que l’Académie de la Grande Chaumière. Ayant participé à différents salons, il présente sa première exposition particulière en 1939. Sa carrière est jalonnée de succès : une centaine de manifestations en France et à l’étranger, notamment aux Etats-Unis et dans l’ex-URSS, ont permis à des publics différents d’approcher "ce témoin lucide des temps modernes", ce messager "visionnaire et magicien". Qu’il s’agisse de Venise, de la Provence, de "ports chimériques", de voies ferrées, de palais, de ruines ou de jardins oniriques, il est de ces artistes à la fois peintre, graveur, dessinateur qui marquent l’art du XXe siècle.

Tapisseries des Gobelins, céramiques, participation à l’ornementation du "France", illustration d’ouvrages d’Hemingway, Eliot, Camus, Maurois, Mauriac, Ionesco, etc., réalisation de décors pour le théâtre et la chorégraphie (Les Incas, les Indes Galantes, Giselle, Athalie, Jeanne et ses Juges, etc.), Carzou est l’exemple même de "l’homme-poète" au sens où l’entendaient les Grecs.

En 1986, la Fondation Emile-Hugues à Vence (Alpes-Maritimes) lui ouvre ses portes : ainsi naît le Musée Carzou, initiative que prolongera, en 1989, la Fondation Carzou à Manosque, dans la chapelle de la Présentation, dont il décore les murs selon un thème qui lui est cher, l’Apocalypse.

 

Discours d'hommage prononcé par Zao Wou-Ki à l'occasion de sa réception sous la Coupole de l'Institut le mercredi 26 novembre 2003

retour-2.gif (1132 octets)