né à Luzarches (Oise)
le 5 août 1901
décédé le 5 février 2000

Claude AUTANT-LARA

Section VII : CREATIONS ARTISTIQUES DANS LE CINEMA ET L'AUDIOVISUEL
Fauteuil V
Cinéaste

honneur-pt.gif (752 octets) Chevalier de la
Légion d'Honneur
merite-pt.gif (794 octets) Officier de l'Ordre National du Mérite
arts-et-lettres-pt.gif (797 octets) Commandeur des
Arts et Lettres

Élu membre de l’Académie des Beaux-Arts,
le 23 mars 1988, au fauteuil de Georges WAKHEVITCH

Biographie

Après des études secondaires au Lycée Janson-de-Sailly à Paris puis à la Mill Hill School à Londres, Claude Autant-Lara fréquente en 1918 l’Ecole des Arts Décoratifs et l’Ecole des Beaux-Arts de Paris avant de devenir décorateur et costumier pour Marcel L’Herbier et Jean Renoir, puis assistant de René Clair.

Claude Autant-Lara réalise son premier court-métrage en 1923, Faits divers, interprété par Antonin Artaud.

Après un séjour à Hollywood, de 1930 à 1932, où il participe activement au doublage de films, c’est en 1933 que Claude Autant-Lara réalisera son premier long-métrage, Ciboulette.

Suivront les titres qui ont fait la renommée de cet artiste : Mariage de Chiffon, Lettres d’Amour (1941), Douce (1943), Sylvie et le Fantôme (1945), Le Diable au Corps (1946-1947), Occupe-toi d’Amélie (1949), L’Auberge Rouge et le sketch de L’orgueil dans les 7 pêchés capitaux (1951), Le Blé en Herbe et Le Bon Dieu sans Confession (1953), Le Rouge et le Noir (1954), Marguerite de la Nuit (1955), La Traversée de Paris (1956), En Cas de Malheur (1957), La Jument verte et Les Régates de San Francisco (1959), Le Bois des Amants (1961), Le Comte de Monte-Cristo, le Meurtrier, Le Magot de Joséfa (1963), Le Journal d’une Femme en Blanc (1965), Le Nouveau Journal d’une Femme en Blanc (1966), Le Plus Vieux Métier du Monde (1967), etc.

Claude Autant-Lara sera également réalisateur pour la télévision française avec Lucien Leuwen en 1973.

Discours d'hommage à Claude Autant-Lara prononcé par Francis Girod, lors de sa réception sous la Coupole, le 17 décembre 2003.

retour-2.gif (1132 octets)