né à Pont-l’Abbé (Finistère)
le 18 février 1915
décédé le 23/12/1999

Marcel LANDOWSKI

Section V : COMPOSITION MUSICALE
Fauteuil I
Compositeur

honneur-pt.gif (752 octets) Grand-Officier de la
Légion d'Honneur
merite-pt.gif (794 octets) Grand-Officier de
l'Ordre National
du Mérite
palmes-pt.gif (737 octets) Commandeur
des Palmes Académiques
arts-et-lettres-pt.gif (797 octets) Commandeur des Arts et Lettres

Élu membre de l’Académie des Beaux-Arts,
le 19 février 1975, au fauteuil d’Henri Busser
Élu Secrétaire perpétuel de l’Académie des Beaux-Arts, le 18 juin 1986
Démissionnaire, élu secrétaire perpétuel d’honneur
et Chancelier de l’Institut de France en 1994


Epée et symbolisme


Partition

Biographie

"Etre qui intrigue et surprend à force de surmonter les fausses antinomies et les contradictions apparentes… (il) a créé de toutes pièces et imposé aux routines coalisées la première politique musicale dont se soit dotée la France… "Musicien de l’espérance", il a illustré par des milliers et des milliers de notes les huit mots de sa chère devise : "le pessimisme, ce vrai désordre de l’âme", tels sont les termes employés par Maurice Schumann pour définir Marcel Landowski.

A la fois compositeur épris d’absolu et grand serviteur de l’Etat, il incarne et symbolise le courage, l’imagination et le sens du réel. Compositeur exigeant, engagé, attentif aux angoisses de l’homme, notamment dans ses ouvrages lyriques, la musique est pour Marcel Landowski l’expression privilégiée qui conduit l’être humain sur les chemins de la beauté, du cœur et de l’esprit.

"Si je ne pouvais plus écrire de la musique, la vie deviendrait pour moi sans objet, elle serait un désastre, un néant". "Je crois que les artistes, ceux qui voient plus loin que la "carrière" au-delà des recherches formelles, c’est-à-dire ceux qui espèrent avec humilité être en harmonie avec la respiration du monde, ne peuvent que chanter, avec leurs palettes différentes, avec leur joie, tel Mozart, avec leur angoisse, tel Beethoven, l’espérance de l’éternité". Ces deux citations illustrent parfaitement la pensée du compositeur.

Mais Marcel Landowski s’est avant tout consacré, parfois au détriment de sa carrière, à la mise en place d’une politique musicale française.

Directeur du Conservatoire de Boulogne et Directeur de la musique à la Comédie-Française (1960), il devient Inspecteur général de la Musique, de l’Art Lyrique et de la Danse au Ministère des Affaires culturelles puis, en 1966, André Malraux le nomme Directeur de la Musique, fonction qu’il occupe jusqu’en 1974. Son action modifie en profondeur la vie musicale française : création d’orchestres, d’écoles de musique, de conservatoires…

Inspecteur général de la Musique au Ministère de l’Education nationale (1975-1977), Directeur général des Affaires culturelles de la Ville de Paris (1977-1979), Président du Théâtre musical de Paris-Châtelet (1979-1991), Marcel Landowski est élu Secrétaire perpétuel de l’Académie des Beaux-Arts en 1986 puis Chancelier de l’Institut de France en 1994.

retour-2.gif (1132 octets)