né à Braïla
(Roumanie)
le 29 mai 1922
décédé le 04/02/2001

Iannis XENAKIS

Section V : COMPOSITION MUSICALE
Fauteuil VI
Compositeur

honneur-pt.gif (752 octets) Offcier de la
Légion d'Honneur
merite-pt.gif (794 octets) Commandeur  de l'Ordre National du Mérite
arts-et-lettres-pt.gif (797 octets) Officier  des
Arts et Lettres

 

Élu membre de l’Académie des Beaux-Arts,
le 30 novembre 1983, au fauteuil de Georges AURIC


Epée et
symbolisme


Croquis

Biographie

Né de parents grecs, Iannis Xenakis quitte, à l’âge de 10 ans, la Roumanie pour la Grèce où il poursuit ses études tant scientifiques (diplômé de l’Ecole polytechnique [1940-1947]) que musicales, notamment avec le compositeur russe Aristote Koundorov. Résistant de la première heure, ayant connu le maquis, la prison, les camps d’internement, la torture, condamné à mort par le régime à titre politique et comme terroriste, il réussit à rejoindre la France dont il obtient la nationalité en 1965.

En tant qu’architecte et dès son arrivée en France, Iannis Xenakis est, durant douze ans, l’un des plus proches collaborateurs de Le Corbusier pour la technique autant que pour l’esthétique.

Parallèlement, si en 1948, Nadia Boulanger et Arthur Honegger lui refusent l’entrée à leur classe de composition, Darius Milhaud lui donne quelques conseils et Xenakis suit, pendant deux ans, la classe d’analyse et d’esthétique musicale d’Olivier Messiaen, au Conservatoire, et les cours d’Hermann Scherchen à Gravesano.

Inventeur du concept de masses musicales, de musique stochastique et musique symbolique par l’introduction du calcul des probabilités et de la théorie des ensembles dans la compositions des musiques instrumentales, électro-acoustiques et par ordinateur, Iannis Xenakis est aussi l’inventeur de plusieurs techniques compositionnelles constituant la lingua franca de l’avant-garde.

Son œuvre, particulièrement riche, est interprété dans toutes les grandes villes du monde, lui consacrant festivals et symposiums. De nombreuses fois récompensée, sa démarche lui a valu d’être invité comme "visiting professor" dans les plus grandes universités du monde.

 

Discours d'hommage prononcé par François-Bernard Mâche à l'occasion de sa réception sous la Coupole de l'Institut le mercredi 3 mars 2004

retour-2.gif (1132 octets)