né le 4 octobre 1920
à Athènes (Grèce)
Décédé le 30 décembre 2013 à Athènes

Ilias
LALAOUNIS

ASSOCIES ETRANGERS
Fauteuil XIII

Orfèvre

Chevalier de la
Légion d'Honneur
Commandeur
des Palmes Académiques
Chevalier des Arts et des Lettres


Élu membre de l’Académie des Beaux-Arts,
le 21 février 1990, au fauteuil du Baron Roger Avermaete.


Epée


Collier or - 20-22c
Les cornes du bison


Le bouclier d'Achille
(cristal de roche, stéatites)


Collier en or, 20-22c, avec émeraudes


Portrait

Biographie


Né à Athènes en 1920, Ilias Lalaounis est le descendant d'une famille originaire de Delphes, spécialisée dans l'orfèvrerie et l'horlogerie depuis quatre générations. Il fait des études de sciences économiques et de Droit à
l'Université d'Athènes. En 1940, à vingt ans Ilias Lalaounis prend la direction de la Société "E. ZOLOTAS", dans laquelle son père et son oncle sont associés. Il garde ce poste jusqu'en 1968. Depuis lors il présente ses créations sous son propre nom "Ilias Lalaounis" dans les cinq maisons mères d'Athènes, Paris, Genève, New York et Londres, ainsi que dans les quinze points de vente à travers le monde. En 1957, avec l'aide d'un petit groupe de collaborateurs dynamiques, il fonde l'association des Joailliers Grecs. L'année suivante, grâce à l'initiative d' Ilias Lalaounis, l'Association prend part à l'Exposition Internationale de Thessalonique. Il présente à cette occasion ses premières créations inspirées de l'orfèvrerie grecque antique.
En 1970, Ilias Lalaounis fait sensation dans le monde de la bijouterie avec sa collection "BLOW UP", qu'il présente en premier à Paris. Ses "Bijoux Géants", inspirés de la civilisation minoenne, sont destinés à couvrir le corps entier. En 1971, il organise à Athènes une exposition internationale de bijoux et objets. VAN CLEEF et ARPELS, BULGARI, RENE KERN et HARRY WINSTON participent à l'exposition à ses côtés. La même année, il accepte une invitation du feu Président de la République de Chypre, l'Archevêque Makarios, donne une série de conférences aux artisans-orfèvres de Chypre. En 1976, à la demande de S.M. L'Impératrice Farah d'Iran, Ilias Lalaounis crée une collection de bijoux et d'objets inspirés par l'art Persan, qui est présentée au Palais Impérial de Téhéran. Cette entreprise montre comment l'orfèvrerie grecque peut contribuer au développement de la bijouterie internationale.
Entre 1970 et 1978, Ilias Lalaounis fonde des Galeries dans la plupart des pays d'Europe. En 1976, il ouvre une Galerie à Paris, au 364 de la rue Saint-Honoré, à la hauteur de la Place Vendôme. Un court-métrage explique les sources d'inspiration des bijoux exposés. Il produit depuis lors régulièrement des court-métrages pour illustrer ses collections, tels que :"A l'Aube de l'Art", "Arcs Byzantins en or", "Chorégraphisme", "Le Bouclier d'Achille", "Ilion - Le Trésor de Troie", "L'Art et l'Or", "Les Racines communes de l'homme créateur", "Trésors de la Terre Sainte". En 1978, répondant à l'invitation du gouvernement polonais, Ilias Lalaounis donne une série de conférences dans quatre villes de Pologne. Après ce voyage, il présente aux autorités polonaises un rapport sur l'organisation rationnelle de l'artisanat dans une économie socialiste. Son projet est basé sur un "plan pilote" du renouvellement de l'orfèvrerie en Pologne. En 1979, Ilias Lalaounis inaugure une Galerie à New York, au coin de la 5ème Avenue et de la 57ème Rue. En 1980, le Smithsonian Institution invite Ilias Lalaounis à donner une conférence sur son art et à exposer sa collection "Le Bouclier d'Achille" au musée d'histoire et de technologie de Washington. En 1981, le nom d'Ilias Lalaounis apparaît à Tokyo, à l'Hôtel "New Otani".Pour sa "Première" sur le marché japonais Ilias Lalaounis crée une collection de bijoux inspirée par l'art japonais. La même année, une Galerie Lalaounis est ouverte à Hong-Kong au Regent Hotel. Au cours de l'inauguration, Ilias Lalaounis présente une collection de bijoux inspirée des dessins de l'époque géométrique grecque, très proches des dessins géométriques de l'art chinois. En 1982, une deuxième Galerie Lalaounis est ouverte à Hong-Kong.
En mai 1984, le musée de l'Université d'Archéologie et d'Anthropologie de Pennsylvanie, à Philadelphie, invite Ilias Lalaounis à donner une conférence et à exposer sa collection "Hélène de Troie". En octobre 1984, il expose ses créations à Houston. Le Maire de la ville le fait, à cette occasion, "citoyen d'honneur". La même année, il publie "Métamorphoses", un livre de 336 pages;enrichi de 431 planches en couleurs, dans lequel il présente 19 de ses collections en analysant sa philosophie sur la nature et la fonction de la joaillerie. Le bijou, pour Ilias Lalaounis, n'est pas un simple objet décoratif, il est porteur d'un message, une expression de vie intérieur un lien avec le passé lointain, un symbole et une mémoire. Ilias Lalaounis a reçu pour ce livre le Prix Thorlet de l'Académie des Beaux-Arts (Institut de France).La même année une exposition rétrospective des créations d'Ilias Lalaounis est présentée dans la Chapelle de la Sorbonne. En raison de sa contribution aux arts, Ilias Lalaounis est fait "Chevalier de l'Ordre des Arts et Lettres" par le gouvernement français.En 1985, une deuxième Galerie est ouverte à Londres.
En Février 1986, il est élu "membre correspondant" de l'Académie des Beaux-Arts (Institut de France). Sa communication traite "Des racines communes de l'homme créateur". En mars 1986, il est fait Grand Archon du Patriarcat Oecuménique. En Novembre 1986, le Victoria et Albert Museum de Londres invite Ilias Lalaounis à donner une conférence. En Novembre 1987, il est invité par Teddy Kolek, le Maire de Jérusalem et présente sa collection "Trésors de la Terre Sainte", exposition organisée spécialement par le musée de Jérusalem. L'exposition se tiendra ensuite à New-York, Londres et Paris. En janvier 1988, le Président de la République Italienne lui attribue le titre de Commandeur de l'Ordre du Mérite de la République Italienne pour sa contribution aux Beaux-Arts. En Novembre 1988, Ilias Lalaounis présente sa nouvelle collection "Arabesques". Ses créations sont en or ou en argent, serties de pierres précieuses ou semi-précieuses. La même année, au mois de mai il est invité par le Ministre des Affaires Etrangères de Turquie et expose "Arabesques", ainsi qu'une autre collection complémentaire "Soleiman le Magnifique" au Musée d'Art Islamique d'Istanbul. Il lance à New-York sa collection "Ameridians", inspirée par l'art des Indiens d'Amérique du Nord. Au mois de mai 1991, l'Université Adelphi de New-York lui attribue le titre de Docteur Honoris Causa.En novembre, en inaugurant sa galerie à New-York à Madison Avenue, il présente sa collection inspirée par l'Art Celtique.
Ses trente années de créations sont inspirées par l'Art et l'activité humaine dans tous les domaines, par les merveilles de la nature et de l'univers, ainsi que par les sciences et les techniques. Chacune de ses collections comprend entre cent et deux cent cinquante modèles. Ses sources d'inspiration, au cours des vingt cinq dernières années, ont été puisées tour à tour dans l'art préhistorique, minoen, mycénien, géométrique, classique, héllénistique et byzantin. Plus récemment, il s'est inspiré de l'art persan, japonais, chinois, mésopotamien, islamique et de la Terre Sainte. Ses collections "scientifiques" comprennent "Bio-symboles", "Gamineries en argent", ainsi qu'une trilogie sur le mouvement.: "Mouvement dans l'espace", "Mouvement dans la nature" et "Mouvement humain". Ses micro-sculptures sont regroupées dans les collections: "Chorégraphisme", "Microcosmos", "Executive Box", "Chouettes de Grèce", "Intailles", "Signes du Zodiac". Il a également créé une collection de statuettes et de vases en or, en obsidienne, en cristal de roche, ainsi qu'en d'autres pierres semi-précieuses.
Les ateliers d'Ilias Lalaounis à Athènes sont situés rue des Caryatides, au pied de l'Acropole. Une équipe de 210 artisans et de 65 cadres forme le personnel de la société. En Grèce, les créations d'Ilias Lalaounis sont exposées dans sept Galeries à Athènes, ainsi que dans celles des îles de Mykonos, Rhodes et Corfou. Marié et père de quatre filles (Katerini, Dimitra, Maria et Ioanna), Ilias Lalaounis voit en elles la continuation de son oeuvre. Elles dessinent des bijoux et suivent les activités de leur père. Dans un renouvellement constant de ses idées, Ilias Lalaounis présente chaque annèe deux collections de bijoux et d'objets d'art. Le passage suivant, extrait de son livre Métamorphose résume la conception d'Ilias Lalaounis quant à la mission de l'orfèvre:
" L'orfèvre, guidé par son imagination, transforme à travers les moyens et avec les matériaux de son art la pierre froide d'un outil paléolithique, la glaise fragile d'un vase géométrique, le détail multicolore d'une fresque minoenne, l'arc d'une église byzantine. De ces métamorphoses naissent des bijoux et des objets d'art moderne.Travaillant l'or, l'argent, les pierres semi-précieuses, l'orfèvre réalise des métamorphoses en transformant les fleurs
sauvages, les chouettes, les coquillages, le microcosme des insectes en décorations permanentes qui deviennent partie de notre vie.La beauté de la nature et de l'univers, sans cesse découvert par les chercheurs inlassables de la science à l'aide de microscopes électroniques et de télescopes, est captée par l'orfèvre.L'orfèvre lie ainsi l'ornement d'une femme ou d'un foyer à des mémoires historiques plusieurs fois millénaires et à des symboles universels et éternels, et chacune de ses créations a sa propre personnalité et nous transmet son propre message."

 

Principales réalisations:

Série de bijoux:
- Collection Blow Up, bijoux géants inspirés de la civilisation minoéenne.
- Collection L'Aube de l'Art, inspirée par l'art préhistorique des Cyclades.
- Collection Le Bouclier d'Achille, plus de cent pièces inspirées par le XIe chant de Illiade.
- Collection Néogéométrisme, inspirée par l'art géométrique grec (XI-VIne siècle av. J. c.).
- Collection Chouettes et Anthèmes.
- Collection Arabesques, inspirée par Soliman le Magnifique.
- Collection Ilion-Le Trésor de Troie.
- Collection Trésors de la Terre Sainte.
- Collection Persépolis, commande de S. M .I. Farah Palhavi.
- Collection Extrême-Orient.
- Collection Microcosmos, inspirée par les insectes.
- Collection Fleurs sauvages, inspirée par la flore grecque.
- Collection Chorégraphisme, inspirée par la dynamique de l'être humain.
- Collection Gamineries, inspirée par des dessins d'enfants.
- Collection Byzance.
- Collection Signes du Zodiaque.
- Collection Coquilles et Coquillages.
- Collection Biosymboles, inspirée par le cycle biologique.
- Ligne Mouvements dans l'Espace, inspirée par la conquête de l'espace.
- Collection Gouttes d'eau.

Épées d'académicien:

- 1974. Épée de Pierre Amandry (Inscriptions et BellesLettres.
- 1982. Épée de Raymond Polin (Sciences morales et politiques).
- 1984. Épée de Iannis Xénakis (Beaux-Arts).

Principales publications:

- 1984. Métamorphoses.
- 1986. "Réflexions sur les racines communes de l'homme créateur" (communication faite à l'Académie des Beaux-Arts).
- 1990. "Notice sur la vie et les travaux de Roger Avermaete" (Publications de l'Institut de France).

Biographie et bibliographie: - Discours prononcé par Bernard Zehrfuss, lors de l'installation d'Ilias Lalaounis, le 12 décembre 1990, Publications de l'Institut de France, 1990, n° 1,8 p.

 

retour-2.gif (1132 octets)